MENU ☰
english
Aidez-nous à faire encore plus pour soutenir les enfants malades
Donnez alimenté par
canadon.org

Donnez vos milles Aéroplan

Supportez le programme de transport hospitalier

Nombre total de milles donnés 48 612 385

Nos employés aident à changer
les choses

Lumière et inspiration en Haïti

Par : Christine Owers

AC Team

En décembre dernier, la Fondation Air Canada a fourni une aide financière et de la main-d'œuvre pour la construction d'une école communautaire et l'installation d'un système d'éclairage dans un village éloigné d'Haïti, en vue d'apporter une assistance à son partenaire canadien KANPE dans sa mission de mettre fin au cycle de pauvreté dans ce pays.

En réponse à une invitation lancée dans Horizons et Le Point par la Fondation Air Canada, qui était à la recherche de bénévoles aventureux souhaitant aider autrui, possédant des habiletés de base en construction et ayant deux semaines de congé disponibles, Dan Fillman, technicien avions breveté à YYZ, Michele Taras, directrice de bord basée à YYZ, Debbie Iversen, analyste financière à la retraite, et Christine Owers, spécialiste – Tarifs à YUL, se sont portés volontaires pour améliorer la qualité de vie des résidants de Baille Tourible, en Haïti.

Baille Tourible est un village isolé de 1 240 habitants sans eau courante ni électricité. KANPE a aidé 248 familles de cette communauté à devenir plus autosuffisantes en leur fournissant des ressources éducatives sur la culture du sol et l'élevage de bétail, dans le but d'améliorer leur santé et leur bien-être.

Après quelques heures de camion sur l'autoroute pavée au nord de l'aéroport de Port-au-Prince (PAP), nous avons pris des chemins de brousse. Il nous a fallu encore quelques heures de conduite dans les collines luxuriantes à perte de vue pour parvenir à la magnifique vallée de Baille Tourible, devenue notre camp de base. On nous a hébergés à côté de la clinique, dans un bâtiment sécuritaire de huit pièces en béton, l'un des rares faits de ce matériau dans le village (les autres étant une boulangerie, une école gouvernementale et deux églises).

Les travailleurs sociaux haïtiens ont du pain sur la planche, car ils doivent visiter les 248 familles chaque semaine pour suivre leur évolution et les soutenir dans la gestion de leur petite entreprise, la réparation de leur maison et l'accès à des soins gratuits et à l'éducation. KANPE s'emploie à développer les compétences et la confiance de ces familles pour qu'elles soient capables de faire fonctionner toutes seules leur entreprise lorsque les visites hebdomadaires prendront fin.

Désignés comme les « quatre blancs », nous avons eu la chance d'accompagner à deux reprises un travailleur social lors de sa visite quotidienne dans la vallée pour rencontrer quelques dizaines de familles et voir où elles en étaient. Ces visites nous ont donné l'occasion d'observer par nous-mêmes les méthodes employées pour développer les capacités des chefs de famille, qui sont dans la plupart des cas des femmes. Le travailleur social passait en revue les compétences en écriture et en mathématique et le compte bancaire, puis faisait le suivi de l'avancée de l'entreprise familiale, qui pouvait être l'agriculture au moyen de semences de haricots, de maïs ou de millet perlé ou l'élevage de porcs, de poulets et de chèvres, les semences ou les animaux étant fournis par l'organisme.

Munis de gants et d'un marteau, les « quatre blancs » fort enthousiastes ont entrepris d'apporter leur contribution! Au cours des deux semaines, nous avons aidé les résidents à construire et à réparer des routes. Nous avons aussi coulé une fondation en ciment pour la nouvelle école, érigé des cloisons — peintes en noir pour servir de tableaux —, construit quinze bancs en bois et ajouté quelques touches supplémentaires pour que le bâtiment soit prêt à accueillir une centaine d'élèves de quatre niveaux. La Fondation Air Canada avait aussi prévu pendant notre séjour l'installation, avec l'aide de techniciens de Port-au-Prince, de huit lampadaires alimentés à l'énergie solaire. Assistés de nombreux villageois, nous n'avons pas mis de temps à creuser les trous, à planter les poteaux dans le ciment et à connecter les fils pour apporter la lumière dans le village, qui était auparavant plongé dans le noir à chaque coucher de soleil.

« Je me considère particulièrement chanceuse d'avoir pu participer à la construction d'une école, à l'installation d'un système d'éclairage et à la réparation de routes dans un des villages les plus pauvres d'Haïti. J'admire le travail formidable qu'accomplit la Fondation Air Canada tant ici qu'à l'étranger pour venir en aide aux gens dans le besoin. J'aimerais rappeler à mes collègues du personnel de cabine de ne jamais oublier de faire l'annonce du programme Chaque sou compte. Votre contribution aide grandement à améliorer ce monde dans lequel nous vivons. » – Michele

Le soir, après la tombée la nuit, éclairés par la génératrice de la clinique, nous planifions nos activités, jouions aux cartes et racontions des histoires avec notre guide de KANPE Fritz, la médecin de la clinique, son personnel et les villageoises qui entretenaient notre résidence. À d'autres moments, nous avons pris part au tri des haricots avec les villageoises, ramené de l'eau de la rivière, pratiqué des sports et fait de l'artisanat avec les enfants, qui occupaient en grand nombre chaque champ et sentier.

Christine Owers amuse avec quelques enfants
Christine Owers amuse avec quelques enfants.
Grand-mère haïtienne avec ses petits enfants
Grand-mère haïtienne avec ses petits enfants.

En plus de ressentir la satisfaction du travail accompli, nous avons été récompensés par le sourire des enfants et les rencontres improvisées où chant, musique et nourriture étaient au rendez-vous. Les gens s'animaient en nous voyant, ils étaient tout sourire et rayonnaient de joie. Alors que nous explorions les sentiers des alentours en coupant à travers le terrain des villageois, nous sommes tombés sur les membres d'une famille de quatre générations qui ont bondi pour nous souhaiter la bienvenue et nous offrir de nous asseoir. Ils sont devenus nos amis et nous ont fait réaliser que les gens les plus démunis sont souvent les plus gentils et les plus accueillants.

Le dernier soir, nous avons vu, sous chaque lampadaire le long du sentier sillonnant la vallée, un petit attroupement de villageois qui s'adonnaient à diverses activités. Dès que nous nous sommes arrêtés à la place centrale du village, un cercle de gens de tous les âges s'est formé autour de nous. Ils ont chanté des chansons de Noël dans leur belle langue créole, mais aussi en anglais, quoiqu'avec moins de succès!

À la fin de cette dernière soirée magique, nous avons repris le sentier, maintenant bien éclairé, jusqu'à notre résidence, heureux de ce que nous avions réalisé avec le soutien de la Fondation Air Canada.

Lampadaires alimentés à l’énergie solaire
Trois heures de route de brousse dans le centre d’Haïti nous mènent à un petit village au fond d’une vallée, dont le sentier principal est désormais illuminé par des lampadaires alimentés à l’énergie solaire. Auparavant, la journée se terminait normalement vers 17 h 50, lorsque le soleil descendait derrière les collines. Maintenant, les enfants peuvent s’amuser, les élèves étudier et les adultes converser ou jouer aux dominos jusque tard en soirée. Au fond de la vallée profonde, arrosée par une petite rivière, la nature est luxuriante. Le soir, lorsque la température descend à 18 °C, la rosée tombe sur toute la région. Le jour, à 25 °C, le temps est idéal pour transporter des roches afin de construire le plancher d’une nouvelle école ou stabiliser les routes en prévision de la pluie.

« Chaque chose attirait notre regard, chaque personne méritait notre attention. Personne ne passait à côté de nous sans au moins dire bonjour ou bonsoir. De temps à autre, des gens se mettaient à nous suivre pour discuter, parfois pendant plusieurs minutes, même si nous n'allions pas dans la même direction. J'ai vécu l'une des plus belles et des plus pures expériences de ma vie. Pure, parce que chaque élément de la nature et de la vie avait de l'importance. » – Christine

« J'ai été impressionné de constater à quel point les habitants de Baille Tourible sont heureux malgré qu'ils ne possèdent trois fois rien. La famille revêt une importance capitale, et le soutien de la communauté est exceptionnel. » – Dan

Voir photos